ON PARLE DE NOUS

©2017 par Les Afroptimistes.
 

GENESE DU PROJET

L’AEPU – Les Afroptimistes est née d’un constat, d’un regard sur nous-mêmes et d’une première expérience.

 

Un constat : le moment d'un renouvellement des façons de penser les Afriques.

Ces dernières années des intellectuels internationaux ont initié un renouvellement des façons de penser les Afriques.

 

En particulier, l’émission « Mémoire d’un continent »  d’Elikia M’Bokolo sur RFI, les cours d’Alain Mabanckou à la chaire de création artistique du Collège de France en 2015-2016 et la première édition des Ateliers de la pensée organisée à Dakar en octobre 2016 par Achille Mbembe et Felwine Sarr ont mis au jour les avancées récentes des sciences sociales sur les questions africaines, resserré le lien entre les jeunes générations de chercheurs et ouvert les études africaines aux thématiques de postcolonie, de relation planétaire de l’Afrique et d’afrodescendance.

Toutefois leurs efforts sont aujourd’hui encore insuffisamment relayés dans l’enseignement et l’enseignement supérieur français.

 

C’est le constat que dresse le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Études africaines » fondé en 2016. « L’expression de la recherche sur les Afriques reste souvent confidentielle et cantonnée au monde des chercheurs ». En dehors de l’étude du fait colonial, les Afriques sont absentes des programmes scolaires. Enfin, l’accueil des universitaires africains en France est insuffisant et compliqué par des « problèmes de visas et tracasseries administratives ».

Conscients des préconisations du GIS qui appelle à une action volontariste en la matière, nous voulons participer à donner la place qu’elles méritent aux études africaines dans l’enseignement supérieur français.