ON PARLE DE NOUS

©2017 par Les Afroptimistes.
 

Cap 2021 : priorité aux rapprochements scientifiques et interuniversitaires

 

Pour les saisons 2018 à 2021, nous priorisons le volet « coopération internationale » de notre activité. Nous voulons œuvrer d’avantage aux rapprochements scientifiques et interuniversitaires Afrique-Reste du monde. Ce nouveau cap se justifie à deux égards : individuellement, nos ancrages à l’international (Afrique, Europe, Proche-Orient, États-Unis) nous incitent à prolonger notre engagement, à continuer de penser les Afriques ensemble de là où nous sommes, tout en accompagnant localement l’avancement des études africaines. Ces différents ancrages, par ailleurs, sont l’occasion de diversifier, de « pluriversaliser » (Ali & Dayan-Herzbrun, 2017) les regards sur le continent.

 

Sans abandonner l’animation du réseau en France, notre action poursuit désormais trois objectifs prioritaires : (1) accompagner les renouvellements épistémologiques transnationaux, (2) défendre une certaine idée de la coopération, (3) faciliter la création de partenariats avec des institutions africaines.

 

Accompagner les renouvellements épistémologiques transnationaux

 

Sur le terrain, dans les universités africaines, certains champs spécifiques des sciences sociales semblent connaître un net essor, notamment la sociologie et l’anthropologie, l’histoire, les sciences du langage, la didactique, ainsi que l’éducation à la santé sexuelle (Cf. chaire UNESCO Santé sexuelle & Droits humains)  et au développement durable. Ce dynamisme se constate par le nombre croissant d’inscriptions en Master/Doctorat, par la création de nouveaux programmes de formation, et par le renouvellement des thèmes de recherche. Les disciplines nourrissant la recherche en pédagogie et en sciences de l’éducation s’avèrent particulièrement attractives, car elles offrent une employabilité directe et des éléments de réponse aux questions vives de politiques éducatives.

 

Attentifs à ces dynamiques, nous souhaitons y participer en mettant à profit notre savoir-faire en portage de projets et notre réseau d’enseignants et de chercheurs à l’international. Les questions éducatives sont placées au centre de nos préoccupations.

Défendre une certaine idée de la coopération

 

Forts de notre diversité d’origines et d’ancrages, nous nous efforçons de construire des coopérations dans un esprit de réciprocité et de pluriversalité, afin de créer des  espaces d’échanges à parts égales, de partage de savoirs et de savoir-faire.  Nous tenons à ce que ces échanges soient transnationaux, tant dans une logique de coopération Nord-Sud que Sud-Sud, et qu’ils amènent au décloisonnement, au dialogue interinstitutionnel, mêlant administrateurs, chercheurs et praticiens. 

Faciliter la création de partenariats avec des institutions africaines

 

Notre objectif est d’accompagner la constitution de communautés scientifiques d’excellence, en mettant en réseau les universitaires africains et leurs homologues à l’international. Notre structure associative souple et nos ancrages transnationaux nous permettent de faire l’intermédiaire entre institutions désireuses de construire des partenariats de coopération axés sur l’éducation et le rapprochement interuniversitaire. À titre d’exemple, depuis la rentrée 2018, nous travaillons à construire un dispositif d’appui à la formation des maîtres et formateurs premier degré en Côte d’Ivoire, en partenariat avec l’Université de Grenoble et le Ministère de l’Éducation nationale ivoirien.